Partagez | 
 

 ⊹ it was fate, tragedy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seven-Midnight Wikes
⊱ WILD CHILD FULL OF GRACE.Seven-Midnight Wikes

MESSAGES : 778
CREDITS : AVATAR › expectancies.
HEART STATUT : célibataire.


STUDENT CARD
ANNÉE: 2ème Année.
MATIÈRES/CLUBS: Art visuel & histoire de l'art
OPEN MIND TO PEOPLE:

⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyVen 5 Juil - 0:51

 
--------------------------------------
✣ ✣ ✣
" I'm not Seven without you."
SIA ✰ I'M IN HERE.
Aujourd'hui il faisait beau et chaud alors Seven avait décider d'aller faire un tour au soleil après les cours. Elle avait surtout décidée de faire un tour avec Onésime, avec qui elle avait prit la facheuse habitude de passer du temps plus que nécessaire. Et tout le monde pouvait bien parler d'eux elle s'en contre fichait. Il était l'une des seules personnes à la faire se sentir bien, heureuse, paisible. Il était si vrai et gentil qu'elle ne pouvait désormais plus se passer de lui et cela en devenait bien étrange. Elle ne savait pas bien ce qui se passait dans sa tête elle préférait ne pas y réfléchir, ne pas gâcher ce qu'ils avaient avec des complications. Après tout, tout était toujours plus simple lorsqu'il n'y avait pas question de mettre des mots sur une relation qui pour le moment n'avait pas lieu d'être, du moins pour le bien d'Onésime. Seven était peut-être adorable lorsqu'il était dans les parages, elle n'en demeurait pas moins remplis de haine envers le reste du monde et elle avait bien trop peur de lui briser le coeur pour se risquer à franchir cette limite qui n'était désormais qu'infime entre eux. Alors elle se contentait de faire ce qu'elle faisait en temps normal: elle passait son temps avec lui, souriait, riait, le reste elle s'en préoccuperait le jour de la fin du monde. Elle était donc là ses lunettes de soleil sur la tête, vêtue d'une petite robe framboise qui la rendait encore plus adorable qu'en temps normal, ses bouclettes rousses lui tombaient sur les épaules. Elle était entrain de gribouiller quelques dessins en attendant qu'Onésime sa non-ponctualité légendaire ne daigne la rejoindre. Cet endroit aurait du être graver de leurs deux prénoms sur chaque arbres, tant il était mythique à leurs yeux. Disons que c'était ici qu'ils s'étaient rencontrés pour la première fois et c'était surtout ici qu'il passaient un peu le plus clair de leurs temps. Ils étaient peut-être toujours entourés de personnes inconnus, mais cela ne les empêchaient guerre d'oublier le reste du monde lorsqu'ils étaient en présence l'un de l'autre. Lorsqu'il apparut enfin, elle ferma son calepin en vitesse et lui tendit le café qu'elle lui avait pris au bar du coin tout en arborant son plus radieux sourire. « Bonchour. » avait-elle déclarée comme elle le faisait à chaque fois. Elle savait bien qu'elle ne parlait absolument pas bien le français et que cela n'irait sans doute pas en s'améliorant, elle parlait déjà anglais et russe il ne fallait pas trop lui en demander mais passons elle essayait tout de même. Et puis elle voyait bien que cela amusait Onésime. Elle le prit alors légèrement dans ses bras avant de déclarer. « You ought to teach me French today i'm in the mood Oné. » En plus de ne pas réussir à dire bonjour, elle avait également bien du mal à prononcer le prénom de son ami, mais elle s'en contrefichait après tout, tout le monde pensait qu'elle le surnommait Honey et ça c'était la chose la plus adorable de la planète. C'était sa marque de fabrique et ça le rendait un peu plus unique, un peu plus à elle. Par moments elle aurait tellement aimer qu'il le soit, sa propriété, son Onésime, le sien pour toujours.


J'imagine qu'à chaque rp entre nous tu auras droit à une chanson de sia juste pour la référence de l'amour Arrow 

_________________

❝ We won't run, we can fight ❞
All that keeps us up at night. There is far, to go now,
Let's not waste a minute more. We won't fear, we can fight,
All that we can bring to light.
Revenir en haut Aller en bas
Onésime Philippakis
Onésime Philippakis

MESSAGES : 63
CREDITS : tunnel vision @bazzart.
HEART STATUT : full d'amour pour la seven.
JUKEBOX : gruff rhys : shark ridden waters / fauve : blizzard / kings of leon : wait for me / apparat : useless information


⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyVen 5 Juil - 20:00



|
✰ ✰ ✰
"i've been waiting for
you to come rescue me"
SIA ✰ I'M IN HERE

petite gymnastique du matin. il y a l'iPod sur sa base, volume 30 - un joli chiffre que trente. et matthew bellamy, qui crie. mais on l'entend presque à peine, bicause il y a aussi onésime, qui crie. - heeeea-eear meeee. what wooooords just caaan't conve-eeeey. feeeeel me ohohoh. solo de guitare. onésime l'imite : air guitar. il ose même pas imaginer de quoi il aurait l'air aux yeux de quelqu'un qui entrerait dans sa chambre à ce moment - par exemple, pour le supplier de faire taire muse. un espèce de geek un peu frâlé, un peu fifou. et alors ? il est mieux réveillé que n'importe qui. chaque muscle de son corps vient d'être sollicité, le bonhomme est pleinement conscient. la journée s'écoule. longue. fascinante ? non. normale. il va en cours avec truc, déjeune avec machin, photographie bidule. mais toujours pas d'envolée d'oiseaux. soit il les rate parce qu'il y a seven, ou quelqu'un d'autre, ou alors, l'appareil photo est ailleurs. et après les cours, seven, enfin. s'ils se retrouvaient à dix-sept heures, il commençait à être heureux dès seize heures. aujourd'hui, ils se retrouvent à dix-huit heures. il y pense depuis le début de l'après-midi. et elle est là. elle toujours en avance, lui toujours en retard. sur un banc. c'est là qu'ils ont pris l'habitude de se retrouver - quand ils ne sortent pas au cinéma, en soirée. il sourit un peu. beaucoup. même sourire pour elle, quand elle lui tend le café. l'ange. il la remercie d'un baiser sur la joue, elle pousse jusqu'à l'étreindre pendant une demie-seconde. pourquoi pas. - bonchour. il rit - attendri, pas moqueur. - bonjour mademoiselle. il accentue bien le son j. il se la crâne. lui, il y arrive. - you ought to teach me French today i'm in the mood oné. honey. ça le fait sourire, une grosse banane barre son visage. tant de volonté. ils sont assis, côte à côte, pour l'instant, ils réfléchissent chacun de leur côté. une coutume : un petit instant pour eux-mêmes, et ensuite, ils ne se lâchent plus. elle porte des grandes lunettes de soleil. noires. face à elle, il ne pourrait pas voir ses yeux. mais à côté d'elle, il les voit derrière les verres. ils sourient tranquillement, les yeux. ils sont un peu perdus. et puis ils se concentrent sur onésime. seven vient de se tourner, de sorte qu'elle soit face à onésime. et il perd son regard. mais bientôt, elle fixera son regard sur le sien, et peu importe qu'il ne le voie pas, il le sentira qui réchauffe son cœur. ce regard, ça dure une seconde, cinq heures, dix ans. ensembles, les autres n'existent plus. pourtant seven a son groupe d'amis. et onésime toute l'université pour ami. et quand ils sont réunis, ces amis, disparaissent. à leurs yeux. car ils sont toujours là, en fait. à l'extérieur de la bulle de bonheur. ils les regardent, ébahis. qu'est-ce qu'ils ont, comme ça, à se bouffer du regard ? il commence : - okay. let's speak french. mademoiselle, ce soir je vous emmène dîner. regard perdu de seven. - so ? did you understand ? il se perd dans ses yeux perdus. tout à jamais, t'es mon amour.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seven-Midnight Wikes
⊱ WILD CHILD FULL OF GRACE.Seven-Midnight Wikes

MESSAGES : 778
CREDITS : AVATAR › expectancies.
HEART STATUT : célibataire.


STUDENT CARD
ANNÉE: 2ème Année.
MATIÈRES/CLUBS: Art visuel & histoire de l'art
OPEN MIND TO PEOPLE:

⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptySam 6 Juil - 23:08

Seven aimait bien se réveiller chaque matin avec cette impression d'avoir un but dans sa vie et aujourd'hui faisait partie de ces jours plus qu'improbables où elle savait déjà ce qu'elle avait à faire: subir cette journée avant de retrouver l'une des seules personnes capable de lui rendre le sourire dans ses pires moments: Onésime. Comme tout les jours depuis maintenant plus d'une semaine elle avait poser son regard sur la veste d'Onésime celle-ci était posée sur sa chaise de bureau et elle aimait autant qu'elle y reste. C'était sans doute pour ça qu'elle ne l'a mentionna guère et qu'elle ne comptait pas le faire tant qu'il ne la lui réclamerait pas de lui-même. Cette veste était en quelque sorte le symbole d'une soirée qui resterait à jamais graver dans sa mémoire, celle où elle s'était endormie paisiblement dans ses bras et cela n'avait pas de prix. Dommage qu'il faisait bien trop chaud pour qu'elle ne se permette de l'arborer fièrement autrement il y a bien longtemps qu'elle l'aurait déjà sur le dos mais tant pis. Comme à son habitude elle avait été l'une des premières à sortir de son dernier cours et sachant d'avance qu'Onésime ne serait pas des plus ponctuels elle s'était arrêter afin de lui acheter un café, si en plus d'être toujours souriante elle n'était pas surtout des plus attentionnée. Lorsqu'il arrive enfin c'est comme un soulagement pour elle, elle se sent tout bonnement bien, heureuse de vivre. Il a ce quelque chose qui fait qu'il remplit ses journées de bonheur, qui fait qu'elle a envie de lui faire confiance et de passer du temps avec lui comme si c'était la dernière chose qu'elle pouvait être capable de faire. A vrai dire ils sont tellement ensembles que tout le monde se posent des questions et les rumeurs à leurs sujets vont bon trains, mais elle n'en a que faire. Pour la simple et bonne raison qu'elle estime que cela ne les regardes absolument pas, d'autant plus que pour être tout à fait honnête elle n'a aucune idée de ce qu'ils sont ou de ce qu'ils pourraient être réellement. « Bonjour mademoiselle. » En l'entendant prononcer le mot « bonjour » elle grimaça légèrement c'était fou ce que cela pouvait l'énerver au plus haut point de ne pas être dans la capacité de sortir le son « j ». Elle prit alors une grande inspiration avant de dire. « bonchour, bonchour. Oh crap. » réalisant que comme d'habitude elle arrivait bien plus à donner de quoi rire à Onésime plutôt que d'exceller en Français elle se rassit bien sagement sur son banc et croisa les bras, tel une enfant à qui on venait de dérober son jouet préférer. Quelques minutes après elle enleva ses lunettes de soleil afin de les poster sur sa tête, dans le seul but de pouvoir apprécier réellement son regard. « Okay let's speak french, mademoiselle, ce soir je vous emmène dîner.. So? Did you understand? » Elle ouvrit alors de grands yeux ébahit sur Onésime fixant ses lèvres délicates incapable de réaliser ce qu'il venait de lui dire. Le français et elle cela faisait un million et même avec tout les efforts du monde elle ne semblait pas y arriver alors il ne fallait pas s'attendre à des miracles sur sa compréhension qui était égal à son niveau. « dîner? does that mean dinner? » déclara-t-elle tout en le questionnant du regard, elle comprenait quelques mots mais à vrai dire elle venait de faire un travail de déduction des plus poussés afin de parvenir à comprendre un minimum le chinois qu'il était entrain de lui raconter. « Are you taking me to dinner? » reprit-elle tout en souriant de plus belle. Elle se faisait sans doute des films mais elle aimait bien la tournure qu'était entrain de prendre cette petite leçon improvisé de français et ça même si elle était des plus pitoyables à cela. Ceci étant pour Onésime elle aurait été capable d'apprendre à faire du skateboard, alors ce n'était pas un peu de français qui allait l'arrêter.

Spoiler:
 

_________________

❝ We won't run, we can fight ❞
All that keeps us up at night. There is far, to go now,
Let's not waste a minute more. We won't fear, we can fight,
All that we can bring to light.
Revenir en haut Aller en bas
Onésime Philippakis
Onésime Philippakis

MESSAGES : 63
CREDITS : tunnel vision @bazzart.
HEART STATUT : full d'amour pour la seven.
JUKEBOX : gruff rhys : shark ridden waters / fauve : blizzard / kings of leon : wait for me / apparat : useless information


⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyMar 9 Juil - 19:52


⊹ it was fate, tragedy. Tumblr_mph4ccmPUO1qbd749o1_500 elle fixe ses lèvres - comme si ça pouvait l'aider à comprendre quelque chose au charabia d'onésime. elle reste un instant dubitative, ça a le mérite d'agrandir le sourire d'onésime. et puis, un truc s'allume dans ses yeux. une étoile de compréhension. - dîner ? does that mean dinner ? il hausse les épaules - le malin fait durer le suspense. et puis il fixe son regard d'azur sur les feuilles des arbres, vertes. il ne la voit pas quand elle dit are you taking me to dinner ?, mais il sent le sourire qu'elle aborde, il illumine ses mots. il agite la tête positivement, petit sourire, il reporte son regard vers elle. - i have a reservation at 7. i'll give you time to ... make up and everything. elle a ces deux sortes de beauté; la beauté de sortie, quand il faut s'habiller bien pour faire la fête avec onésime et les autres de telle confrérie. le genre de beauté qu'elle va sortir ce soir - il suppose. puis il y a cette autre beauté. sa beauté quotidienne. il est peut-être le seul à la voir, remarquer, les yeux des autres, peut-être, rencontrent le visage de seven et glissent sur lui. cette beauté-là se tient devant lui, bien inconsciente de sa puissance. elle se tient devant cet idiot, cet onésime qui lui demande de revêtir sa beauté de sortie - c'en est presque une insulte à la beauté quotidienne. il n'y a actuellement qu'un détail pour gâcher cette beauté si pure, il prend la forme d'une feuille, qui se balade là parmi les vivants. dans les cheveux de seven. - don't move. il attrape la feuille, avec le plus de délicatesse possible. il ne faudrait pas mettre le bazar dans les mèches rousses qu'il chérit tant. le temps d'une seconde, ils sont si proches, qu'on dirait qu'ils vont s'embrasser - ou qu'ils viennent de le faire. ça fait sourire onésime, mais il ne l'embrasse pas pour autant. pas maintenant. il sourit à la feuille, puis à seven. - here. keep it. there is a reason if this leave got here. le temps s'est un peu arrêté autour d'eux. littéralement. les élèves ont ralenti le pas pour observer ce non-couple étrange. ils jugent. ou ils essaient de comprendre. ce qu'ils sont. ce qu'ils font. onésime lui-même ne se pose pas la question. quand ils seront ensembles. si ils seront ensembles. tant qu'il est assis, avec elle, en ce moment, sur ce banc. c'est tout ce qui compte : maintenant. carpe diem. - tu es belle. belle, beautiful, il y a peu de chance qu'elle comprenne. et tant mieux peut-être. il veut bien s'afficher à son bras. lui sourire. mais qu'elle sache à quel point il la perturbe par sa beauté autant intérieure qu'extérieure. ça lui fait peur. elle-même aurait peur. de tant d'amour. amour ? ouais, il est amoureux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seven-Midnight Wikes
⊱ WILD CHILD FULL OF GRACE.Seven-Midnight Wikes

MESSAGES : 778
CREDITS : AVATAR › expectancies.
HEART STATUT : célibataire.


STUDENT CARD
ANNÉE: 2ème Année.
MATIÈRES/CLUBS: Art visuel & histoire de l'art
OPEN MIND TO PEOPLE:

⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptySam 13 Juil - 0:28

Par moments elle aurait rêver de savoir parler couramment Français et non Russe. Premièrement parce que personne ne parlait réellement Russe autour d'elle si ce n'était des personnes de sa famille, et surtout parce que si elle avait eut cette chance de parler Français elle aurait pu avoir des conversations très privée avec Onésime. S'aurait été comme un langage coder entre eux et cela même si une partie du monde parlait la langue française. Seven n'était pas de celles qui étaient patiente tout au contraire et lorsqu'il haussa les épaules à sa question elle lui déposa une tape sur l'épaule droite comme pour lui indiquer que le suspens était à son comble et qu'il était grand temps qu'il crache le morceau. I have a reservation at 7. I'll give you time to... make up and everything. Ce qui aux yeux des autres aurait pu paraître très étrange, pour elle aller dîner en tête à tête avec Onésime n'était qu'une action des plus habitulles. Onéven au cinéma, Onéven au restaurant, Onéven dans les couloirs de la fac. Ils étaient partout, tout le temps et surtout toujours ensembles. Son sourire s'agrandit de plus belles. Il était capable de la surprendre de la sorte et dans le bon sens du termes ce qui n'était pas chose facile. ouh me gusta. Where were you all those years seriously? You're just perfect. Where are you taking me? déclara-t-elle avant de taper dans ses mains tel une enfant satisfaite de la tournure que prenait leurs petit rendez-vous anodin du jour. Elle posa alors son regard sur lui et déclara. Is that a date?  Une partie d'elle plaisantait et l'autre mourrait d'envie qu'il ne lui dise oui. Mais au fond elle n'était pas prête à franchir la limite de l'amitié avec lui, pas pour l'instant. D'autant plus qu'elle avait toujours Mead dans un coin de sa tête bien qu'elle n'exprimait le contraire et elle avait trop peur de lui faire du mal et qu'il ne lui pardonne jamais. Alors que la situation venait de devenir assez inconfortable de par la blague de Seven il fixa sa chevelure. Don't move A ces mots elle sentie un léger frisson parcourir tout son dos. Elle était à la limite de la tachycardie et de donc décéder sur place. Non pas parce que la main d'Onésime s'approchait d'elle mais surtout parce qu'elle avait peur de ce qui se trouvait dans ses cheveux. What is it a spider? Oh my god take it off take it off. s'écria-t-elle alors à deux doigts de se lever et de retirer elle-même la chose encore non identifiée qui se baladait dans sa chevelure rousse. Elle détestait tout ce qui était rampant, avait des ailes et en réalité tout ce qui appartenait à la catégorie des insectes. Ce n'était donc pas étonnant qu'elle soit si paniquée. Here. Keep it, there's a reason if this leave got here. Elle soupira de soulagement. Une feuille c'était ce qui lui avait valut un moment de panique extrême. Tout ça pour une simple feuille. Elle attrapa alors la feuille en question rien que parce qu'il venait de lui demander. I almost died there for a second. finit-elle par déclarer tout en mettant la feuille dans son calepin à dessin. Tu es belle. Du français encore et toujours du français mais pour une fois des mot qu'elle comprenait. Elle lui sourit alors, appréciant ce qu'il venait de dire. Même si le problème étant que Seven n'avait aucune conscience de sa beauté, elle se trouvait juste quelconque, à la limite de l'invisible. Liar Elle aurait aimer qu'il l'embrasse ici et maintenant mais elle savait que ce n'était ni le moment et encore moins le lieux pour le faire. Et ne parlons même pas du timing qui n'était pas des plus glorieux. Et pourtant c'était tout ce qu'elle désirait au plus profond de son être. Foutue fatalité.

_________________

❝ We won't run, we can fight ❞
All that keeps us up at night. There is far, to go now,
Let's not waste a minute more. We won't fear, we can fight,
All that we can bring to light.
Revenir en haut Aller en bas
Onésime Philippakis
Onésime Philippakis

MESSAGES : 63
CREDITS : tunnel vision @bazzart.
HEART STATUT : full d'amour pour la seven.
JUKEBOX : gruff rhys : shark ridden waters / fauve : blizzard / kings of leon : wait for me / apparat : useless information


⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyDim 14 Juil - 9:12


⊹ it was fate, tragedy. Tumblr_mpj31n5LNL1sy4dt2o1_r1_500 où était-il toutes ces années ? ailleurs. partout. il vagabondait. à la recherche d'un quelque chose qui rendrait la vie plus belle que tout. à sa recherche, à elle, seven, le bébé roux. la réalité : t'étais en france, oné. t'avais d'autres rousses, et même des blondes, brunes. mais jamais une assez bien pour toi. parce qu'il te fallait seven. bon, d'accord. tu l'attendais. il ne lui dit pas. imaginez la situation : where were you all those years ? - looking for you. culcul, gnangnan à souhait, il ne donne pas dans le romantique gluant non plus. il se tait. suspense. et puis, quand même. il y a du reproche, un peu, dans la voix de seven. where were you ? t'étais où, quand l'autre con lui faisait du mal, onésime ? pourquoi t'es arrivé qu'après la bataille ? espèce de lâche. mais il est là, maintenant, et il la protègera de tous, tous les cons, tous les méchants, vilains, pas beaux, qui croiseront sa route. comme le mec, sur le banc en face d'eux, il fixe seven, sourire dragueur sur les lèvres. il va s'occuper d'elle comme le petit prince de sa rose. il va la chérir, la complimenter, même si elle accompagne ces compliments, dont le dernier en date, "tu es belle", d'un : liar. comme le reste de l'université, du monde entier et des cons, elle a du mal à réaliser sa beauté. elle demeure impossible à ses yeux. et pour les autres, elle est l'ex de mead, juste ça - ils sont cons. comme si il n'y avait qu'onésime pour la voir, vraiment, comprendre l'étendue de sa beauté. lui, il se félicite chaque jour d'être là pour la voir (sou)rire, être belle. parfois il ose à peine croire à sa chance. - but you are though. you really are beautiful. the fact that you don't see it, it makes you even more beautiful. c'est pas du baratin. juste la vérité. l'honnêteté onésimienne. c'est pas de la drague. ils sont au dessus de ça. à moitié amis, à moitié amants, ils sont indescriptibles. et un jour, ils seront un tout, une seule et même personne - quand elle sera prête, quand elle sera guérie. alors, elle se donnera toute entière à son guérisseur, ce petit chanceux d'onésime. patience, patience. et cette réponse à une question posée plus tôt : - it's a date if you want it to be one. if you're not ready to go on a date yet ... because ... you know. mead. - it can be a date or just a nice diner between friends. it's your choice seven up. mead. et encore, tu l'as pas vu le soir de la rupture. ni les jours suivants. t'es arrivé, jovialement, quelques semaines après, quand le cœur se réveillait un peu. parfois encore, c'est vrai, il doit endurer les larmes, les lamentations, la tristesse. et il assure. réconforte, enlace. - but if it's a date, i can't promess i won't kiss you goodbye.
Revenir en haut Aller en bas
Seven-Midnight Wikes
⊱ WILD CHILD FULL OF GRACE.Seven-Midnight Wikes

MESSAGES : 778
CREDITS : AVATAR › expectancies.
HEART STATUT : célibataire.


STUDENT CARD
ANNÉE: 2ème Année.
MATIÈRES/CLUBS: Art visuel & histoire de l'art
OPEN MIND TO PEOPLE:

⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyJeu 18 Juil - 22:17

Plus elle conversait, trainait, passait le plus clair de son temps avec Onésime et plus elle se disait que le timing avait été des plus atroces. A croire que le destin souhaitait réellement qu'elle se fasse briser le coeur par un idiot sans cervelle qui ne la méritait pas une seule seconde. Si Onésime était arriver dans sa vie quelques mois, quelques années plus tôt tout aurait été bien différent. Elle ne serait sans doute jamais sortie avec Mead et elle vivrait sans doute aujourd'hui la plus belle histoire de toute sa vie avec Onésime. Seulement la situation était bien différente, ici on ne parlait plus de compte de fait, Seven cherchait tout bonnement à se reconstruire petit à petit à guérir de ce qui l'avait anéantie pendant des jours. Mead était mort pour elle et elle préférait ne pas le mentionner et continuer de faire comme si il n'existait pas et si elle était bien plus forte qu'auparavant une partie d'elle était et serait toujours amoureuse de Mead, ce serait une blessure qui aurait bien du mal à guérir. Mais heureusement pour elle Onésime était là et il prendrait soin d'elle comme il l'avait toujours fais, depuis le premier jour où il s'étaient rencontrés. « Looking for you. » Avait été la réponse qu'Onésime lui avait formuler lorsqu'elle l'avait questionner sur l'endroit où il était aller se cacher pour que leurs chemins ne se croisent pas bien plus tôt. La vérité étant qu'il avait été bien sagement en France mais il était là maintenant et ce devait sans doute être le plus important. « You've found me now. » avait-elle répondue tout en posant délicatement sa main sur celle d'Oné. Acte incontrôlable, tout comme ce qu'elle ressentait pour lui. C'était ce genre de phrase de sa part qui rendait la lutte contre lui des plus difficiles. Il faisait s'envoler toutes ses certitudes, toutes ses envies de rester seule plutôt qu'être mal accompagnée. Mais après tout peut-être bien qu'avec lui elle serait loin d'être mal accompagnée bien au contraire. « But you are though. You really are beautiful. The fact that you don't see it, it makes you even more beautiful. » venait il de dire. Elle s'était attendue à tout sauf à cela même si il fallait bien admettre que venant d'Onésime qui était la gentillesse incarnée ce n'était pas étonnant. Son sourire des plus radieux envahit tout son visage, elle était rayonnante, il la rendait rayonnante, il la rendait belle, il la rendait heureuse et pourtant il ne pouvait pas être à elle c'était bien tout le problème. Elle se compliquait la vie, elle le savait très bien mais elle ne voulait pas risquer de foncer dans un mur et encore moins avec lui. « Stop it i'm going to blush. » Seven était le type de personne qui avait une réaction typique de fille faible et timide lorsqu'on lui faisait un compliment, c'était son tempérament qui voulait cela et elle ne pourrait jamais rien y faire. Elle replaca une mèche de sa chevelure rousse tout en écoutant la suite des propos d'Onésime qui la troublèrent quelques peu. « It's a date if you want it to be one, if you're not ready to go on a date yet.. Because.. You know. It can be a date or just a nice dinner between friends. It's your choice seven up. » Seven up. Il n'y avait que lui qui était capable de rendre ce surnoms des plus adorables et qui ainsi ne lui donnait guère des envies de meurtre. Il venait de semer le trouble dans son esprit c'était une certitude. Elle savait ce qu'elle voulait, elle avait juste du mal à définir si ce qu'elle voulait allait être la meilleure des solutions, pour elle, pour lui, pour tout le monde. Il ne lui laissa d'ailleurs pas le temps de répondre et reprit. « But if it's a date, i can't promess i won't kiss you goodbye. » Elle sourit alors de plus belles. Rien que cette idée emplissait tout son esprit de bonheur, elle avait envie qu'il l'embrasse elle avait juste peur des répercutions. Elle commençait à croire depuis Mead qu'elle n'avait pas le droit au bonheur et Onésime était si parfait qu'il méritait d'être heureux toute sa vie. « Maybe we can try to go on a date i mean. It would be nice. » Avait-elle finit par dire après avoir pris son courage à deux mains. Après tout aller en rendez-vous avec Onésime ne lui ferait pas de mal, cela ne pouvait que lui faire du bien. La preuve étant que depuis qu'il était arriver à Hartford il avait été la première personne à faire renaitre en elle une once de bonne humeur, d'espoir. Il était son sauveur, le sien.

_________________

❝ We won't run, we can fight ❞
All that keeps us up at night. There is far, to go now,
Let's not waste a minute more. We won't fear, we can fight,
All that we can bring to light.
Revenir en haut Aller en bas
Onésime Philippakis
Onésime Philippakis

MESSAGES : 63
CREDITS : tunnel vision @bazzart.
HEART STATUT : full d'amour pour la seven.
JUKEBOX : gruff rhys : shark ridden waters / fauve : blizzard / kings of leon : wait for me / apparat : useless information


⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyVen 19 Juil - 8:34


⊹ it was fate, tragedy. Tumblr_mki6ijM9zr1qg5bk9o1_500 - maybe we can try to go on a date i mean. it would be nice. et c'est exactement son idée. un truc nice. un truc sympa. et comme elle a pas relevé l'allusion au baiser, ce sera un simple truc entre amis. bon. il accepte gentiment. en même temps qu'il est en colère. sans mead, elle aurait accepté. elle aurait accepté que ce soit un rencard avec un baiser à la fin. mais c'est pas tout la faute de mead, ici. c'est lui, aussi. il se souvient, d'un jour noir. il y a quelques semaines. seven avait du croiser mead, ou alys, ou mead avec alys. bref. elle était venue à onésime. en larmes. toute remplie de désespoir. c'était un spectacle atroce, il aurait voulu qu'elle frappe à n'importe quelle porte sauf la sienne, il aurait voulu ne jamais la voir aussi mal. mais il avait bien fait son devoir. son devoir de gentil garçon : il avait consolé, écouté, il avait séché les larmes. un dur travail de trois heures. et puis, seven s'était endormie dans son lit. où il l'avait laissée. il avait dormi par terre. encore un peu timide, le garçon. à trois heures, quatre heures peut-être, dans la nuit, il pouvait toujours pas dormir. et alors il avait appelé son père. il avait réveillé son père. il avait plutôt crié. debout dans les couloirs sombres de l'université, il avait crié sur son père en français. pourquoi on est pas venus ici plutôt ? quelques mois, avant ? le padre, il y comprenait rien. il comprenait pas, seven, tout ça. il comprenait pas que peu importe qu'onésime rende seven heureuse maintenant. que ça changeait pas le fait qu'elle avait été malheureuse, avant, longtemps. et à cause de ça, il devait se retenir - de la toucher, de l'embrasser ce soir. petite seven fragile. il aurait débarqué avec son petit accent frenchie deux mois avant, et tout était bon, tout était beau. timing. it's everything. mais c'est ça, vivre à deux, mon lapin. c'est prendre en considération les sentiments de l'autre. c'est dur, hein. de pas se jeter sur elle. parce qu'elle est pas prête. il est quand même mouché. petit silence entre eux. et puis, une goutte de pluie vient lui chatouiller la joue. puis deux. puis trois. puis c'est le déluge. - oh, shoot. y a deux minutes, il faisait tout beau tout ensoleillé. - come on, come on, let's go. ils courent jusqu'au pont, ils se cachent dessous. leurs voix résonnent. échange de regards en souriant. trempés, les amoureux. dans un film, ce serait l'occasion. pour un baiser. la précipitation, l'adrénaline, les lèvres humides. mais c'est pas un film. c'est la dure, vraie vie - et la vie, elle dit à onésime non, ne fais pas ça à cette pauvre gosse. mais il l'embrasserait pas comme dans un film. pas sauvagement. il l'embrasserait doucement, et gentiment, comme il sait le faire. mais bon. penaud, il dit : - hey, take this. (sa veste) it would be stupid to get sick in april. sourire. - oh by the way, do you still have my other jacket ? aaaaaah. cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Seven-Midnight Wikes
⊱ WILD CHILD FULL OF GRACE.Seven-Midnight Wikes

MESSAGES : 778
CREDITS : AVATAR › expectancies.
HEART STATUT : célibataire.


STUDENT CARD
ANNÉE: 2ème Année.
MATIÈRES/CLUBS: Art visuel & histoire de l'art
OPEN MIND TO PEOPLE:

⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyJeu 25 Juil - 1:12

Par  « sympa » elle entendait bien évidemment l'idée qu'il puisse l'embrasser à la fin de leurs soirée, afin de la boucler en beauté. Elle se demandait ce que cela pouvait bien faire de sentir les lèvres d'Onésime se poser délicatement sur les siennes. Délicatement car oui tout ce que faisait Onésime était toujours plein de douceur. Il fallait à tout prix qu'elle chasse cette idée de sa tête car à vrai dire plus elle y pensait et plus elle n'avait qu'une seule et unique envie, passer du rêve à la réalité. Mais la vie sentimentale de Seven était bien trop compliquée et tant qu'elle ne serait pas certaine qu'elle était prête à appartenir entièrement à quelqu'un elle ne souhaiterais en aucuns cas passer le cap avec Onésime. Ce qu'elle ne réalisait pas c'était sans doute le fait que la seule personne dont elle avait besoin pour guérir entièrement de Mead et de tout le mal qu'il avait pu lui faire durant ces derniers mois c'était sans nuls doute Onésime. Lui au moins ne serait jamais capable de lui faire mal au point qu'elle préfèrerait ne pas avoir de coeur plutôt que de ressentir toutes les émotions possibles et imaginables. Foutue France qui les avait séparer et les avait empêcher d'être ensembles, de vivre le bonheur ultime et parfait qui remplirait leurs quotidiens de niaiseries. Ils étaient fait pour être ensembles c'était une certitude mais il ne pouvaient pas, pas maintenant. Alors que son regard était plonger dans le sien, elle sentie une sensation fort désagréable de liquide s'écouler sur sa longue chevelure rousse. La pluie. Encore et toujours la pluie. « Come on, come on let's go. » A vrai dire si Onésime ne l'avait pas attirer avec elle jusqu'à ce fameux pont elle serait rester là tel une enfant qui n'avait jamais connut un seul jour de pluie de sa vie. Emerveiller, Seven l'était toujours en tout et pour tout. Alors qu'elle riait légèrement amusée par la situation, de se retrouver soudainement sous ce pont avec lui comme dans un vieux film à l'eau de rose tourner en noir et blanc, il attira son attention sur autre chose que la pluie. « Hey, take this. It would be stupid to get sick in April. » Comme d'habitude elle se mit à sourire, mais hésita tout de même deux minutes avant de prendre sa veste, même si il fallait bien avouer qu'elle n'avait qu'une et une seule envie, la prendre, la mettre sur ses épaules, la garder ici pour toujours. « But what about you? I mean what if you get sick. I would feel so guilty i would have to bring you chicken soup and nurse you back to health. » Finalement ce n'était pas une si mauvaise idée qu'il tombe malade, cela leurs donnerait une occasion de se voir, car toutes les occasions étaient bonne à prendre pour passer du temps avec Onésime. Elle enfila alors la jolie veste parfumée de la délicate odeur d'Onésime quand soudain il la fit bien vite redescendre de son petit nuage. « Oh, by the way, do you still have my other jacket? » Il parlait sans doute de cette fameuse veste qu'il lui avait donner lors de cette fameuse soirée durant laquelle ils avaient dormis dans les bras l'un de l'autre sans se soucier du reste du monde ni des conséquences. La réalité les avait bien vite rattraper et elle qui pensait pouvoir encore en profiter un peu venait de se faire prendre la main dans le sac. Bien sur qu'elle avait toujours son autre veste, elle aurait juste apprécier la garder encore un peu aussi stupide que cela puisse paraître. Elle baissa légèrement le regard avant de prendre son courage à deux mains. « Yes i do it's in my room. But since we're going to have this thing tonight and you might kiss me if you still want to after our date. I might as well keep my boyfriend's jacket don't you think? » Ils n'étaient même pas ensembles qu'elle l'appelait son petit ami cela allait à l'encontre de tout ce qu'elle pensait, mais lorsqu'elle était seule avec lui comme ça. Elle n'avait qu'une et qu'une seule envie, tenter le tout pour le tout, au risque de foncer droit dans un mur.

_________________

❝ We won't run, we can fight ❞
All that keeps us up at night. There is far, to go now,
Let's not waste a minute more. We won't fear, we can fight,
All that we can bring to light.
Revenir en haut Aller en bas
Onésime Philippakis
Onésime Philippakis

MESSAGES : 63
CREDITS : tunnel vision @bazzart.
HEART STATUT : full d'amour pour la seven.
JUKEBOX : gruff rhys : shark ridden waters / fauve : blizzard / kings of leon : wait for me / apparat : useless information


⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. EmptyLun 12 Aoû - 19:21


⊹ it was fate, tragedy. Tumblr_mrajbg93Cb1rxu7ybo1_500 oui, cette soirée, parle-nous en, onésime. garde pas tout pour toi petit saligaud. alors, c'était un jeudi. oh t'es chiant avec tes détails. on veut savoir les vrais trucs. le fond de l'histoire. hé hé, vous énervez pas, ça va, ok. mais c'était un jeudi, vraiment. je sais plus si c'était par hasard ou prévu, mais en tous cas, on s'est croisés dans une soirée. ouais, je crois que c'était prévu, elle s'était entraînée sur son " bonjour ", alors c'était prévu. elle était bien belle, pour changer, alors j'ai pas pu résisté, j'ai fait le con, j'ai fait le dragueur, je lui ai demandé de danser avec moi. je sais pas très bien ce qui m'a pris et pour tout vous dire je pensais qu'elle allait refuser. mais elle a dit oui. à une danse. puis à une deuxième. puis à une troisième. toute la soirée, toute la nuit, y avait comme que nous sur cette piste, on était tant à fond dans notre danse. on a eu un slow, bien sûr. plusieurs même. j'aurais voulu qu'elle soit comme ça pour la vie, tout contre moi, ses mèches rouges caressant mon menton. mais seven, elle est sage. elle m'a pas embrassé, comme tous les couples et les non-couples le faisaient autour de nous. pire, à deux heures du matin, elle a décidé qu'elle devait rentrer. oh, la mignonne, elle m'a bien précisé que c'était elle seulement qui s'en allait, que je pouvais rester. mais, petit a : j'allais certainement pas rester ici tout seul et m'ennuyer foncièrement, puis petit b : hors de question de la laisser traverser l'université toute seule, en pleine nuit, avec tous ces étudiants bourrés et malintentionnés. j'avais déjà laissé un connard lui faire du mal. j'allais pas laisser ça se reproduire. alors je l'ai raccompagnée jusqu'à sa chambre. elle a fait tout le chemin dehors dans ma veste, non seulement je suis galant et je voulais pas qu'elle ait froid dehors, mais surtout, surtout, je voulais voir de quoi elle avait l'air dans un vêtement à moi. et alors, elle était comment ? comme tu l'imaginais ? ouais. comme si on sortait ensembles. c'était parfaitement crédible. donc, tu lui as laissé la veste. voilà, c'est tout. non ... quoi, encore ? nous, on a l'histoire de la veste, on est contents maintenant. on a dormi ensembles ... dormi, seulement. ha ha, mon bon con, t'es trop con. je sais, ça va. et pourtant tu souris, onésime, tu souris, comme toujours. il sourit. parce qu'il regrette rien. malgré les voix qui crient en lui qu'il est un idiot complet, qui aurait du saisir sa chance à ce moment-là. il sourit parce qu'il repense à sa vie depuis seven, et qu'elle a juste été parfaite jusque là. pas un mauvais moment. pas un bas, seulement des hauts. leur amitié, c'est une ligne parfaitement droite, infinie de bonheur. et avec ce resto, ce soir, le petit, il essaie juste de continuer sur cette ligne droite, avec un petit plus, peut-être. un petit plus du genre : de l'amour. et seven, elle a l'air toute d'accord, presque; elle dit : - since we're going to have this thing tonight and you might kiss me if you still want to after our date. i might as well keep my boyfriend's jacket don't you think? il ouvre presque de grands yeux. si il veut toujours. tu me prends pour qui, mon petit amour ? le oné, là, il donnerait la lune et les étoiles qui vont avec pour t'embrasser, même, là, tout de suite. bon, il s'abstient. et il ne répond pas. le mot boyfriend dans sa bouche, en parlant de lui, ça l'a tout retourné, le frenchie, et il pourrait, là, se mettre à genoux devant elle, ou debout sur le banc, et lui réciter des sonnets d'amour de sa propre invention, lui chanter toute son adoration. bon, ça non plus. il regarde sa montre française, à l'heure américaine. a les yeux soudain plus ronds. déjà dix-huit ans. coup d’œil vers son " amie ", avec qui le temps passe tellement vite. - we should uuh ... get ready. and meet again in like thirty minutes ... oh dear god i don't know how to dress actually. can't you help me ? il pleut toujours, un peu, et ils sont toujours sous ce pont, alors sa voix résonne quand il formule la demande, ça rend la chose très sérieuse et solennelle. presque romantique. mais presque pas. être habillé par seven, ça peut être cute, mais il a un peu honte, quand même. il peut : prendre l'initiative de l'emmener dîner, réserver un joli restaurant, lui dire galamment que ce soir, ils sortent. mais pas choisir la tenue adéquate. - and then you'll go dress in your room and we'll go to the restaurant. you don't even have to put on make up or anything anyway. you already look nice ... et ta beauté, seven, elle fait tout le bonheur et le malheur d'onésime.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




⊹ it was fate, tragedy. Empty
MessageSujet: Re: ⊹ it was fate, tragedy.   ⊹ it was fate, tragedy. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

⊹ it was fate, tragedy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WHO'S THE OLD VIRGIN? :: OUTDOORS :: bushnell park-